PEFC Belgium

skflag Belgique | PEFC International | Contact | Extranet 

Une nouvelle vie pour du bois de vieilles granges

Mar 15 2018


« Chaque planche a une histoire »


La récupération est de plus en plus en vogue, et le bois n’échappe pas à la tendance. C’est une solution durable, car le CO2 contenu dans le bois reste ainsi stocké pendant des centaines d’années supplémentaires. L’entreprise Bois Antique, certifiée PEFC, propose des produits réalisés à partir de bois d’anciennes granges, fermes et moulins. Une belle histoire que le gérant Milu Voicu nous raconte avec passion.


Bois Antique Table et chaisesVous êtes d’abord un passionné de forêt. Cette passion remonte-t-elle à votre enfance ?

Oui, très clairement. Je suis né dans un petit village de Roumanie et derrière la maison de mes grands-parents, il y avait un bois où j’ai passé le plus clair de mon enfance et de ma jeunesse. J’y étais du matin au soir pour découvrir tous les recoins et jouer avec mes amis. Je me sens toujours très attiré par les bois. J’y trouve la tranquillité. J’aime m’y retirer un moment, loin des préoccupations quotidiennes. On pourrait dire que c’est ma source secrète d’énergie et d’équilibre. Mon amour de la forêt est inextricablement lié à ma passion pour le bois. Le bois me procure un sentiment particulier, parce qu’il provient d’un produit vivant. Le bois raconte aussi une histoire, ce que je trouve fascinant.


Chaque planche est unique...

En effet. Le bois peut être utilisé de manière illimitée dans tous les projets de décoration, dans la production de meubles, dans l’art et dans bien d’autres domaines encore. Le bois a cela de particulier qu’il est très diversifié. Aucun meuble fait à la main n’est identique à un autre.


Bois Antique, votre entreprise fondée en 2011, ne travaille qu’avec du matériel de récupération. D’où vient cette idée ?

Dès le départ, l’objectif était de contribuer à la préservation de nos ressources naturelles, en l’occurrence les forêts. La réutilisation de vieux bois est un moyen d’y parvenir. Nous récupérons ce bois après la démolition de vieux bâtiments comme des granges, des fermes ou des moulins. Le bois de récupération est de bonne qualité et constitue un matériau rentable pour les nouvelles constructions. J’ai donc réussi à intégrer les valeurs humaines et environnementales dans les aspects économiques.


S’agit-il de bois local ?

Nos chantiers de démolition et nos ateliers de production se trouvent dans quatre pays d’Europe : la Roumanie, la Pologne, la Tchéquie et la Slovaquie. On peut donc dire qu’il s’agit de bois local et non de bois venu de l’autre côté de la planète. Pour nous, il est important de travailler avec des ateliers sur place et de stimuler ainsi l’économie locale.


Le processus de démolition est assez complexe, semble-t-il ?

Non, en effet. La récupération de bois est un travail minutieux. Il faut savoir ce que l’on fait. Le processus de démolition doit être mené avec soin, sans endommager les planches. Tous les clous et autres matériaux doivent être enlevés et mis de côté pour les recycler. Après la démolition, le bois doit être entreposé dans un lieu sec. Enfin, un nouveau produit est réalisé sur mesure pour le client à partir du bois ancien. Le processus requiert plusieurs traitements et finitions.


Et chaque planche a son histoire.

Absolument, et je trouve que c’est un aspect tout à fait unique de nos produits. Chaque planche a sa propre histoire de par sa provenance, et chaque planche est unique, ce qui permet aussi de travailler le matériau de façon très créative et de jouer avec les couleurs, les motifs, les essences de bois.


En quels produits transformez-vous le bois ancien ?

Notre gamme s’est considérablement élargie au fil des années. Aujourd’hui, nous proposons des produits qui se prêtent parfaitement à tout type de projet, que ce soit une rénovation, une nouvelle construction ou un petit coup de neuf. Nous avons quatre grandes catégories de produits. Les revêtements de mur, pour l’intérieur et l’extérieur. Les portes, également pour l’intérieur et l’extérieur. Les panneaux, par exemple pour réaliser une cuisine ou une table. Et enfin les planches, à utiliser par exemple pour un revêtement de sol. Tout est fait sur mesure pour le client.


Ces produits peuvent s’intégrer dans des projets rustiques et modernes...

Oui. Je suis parfois abasourdi par la créativité des architectes. Le mélange de couleurs, par exemple pour recouvrir un mur, est très prisé, et dans tous les styles. Avec nos panneaux, on peut aussi partir sur quelque chose de très épuré, par exemple pour une cuisine intégrée dans une habitation moderne. Le vieux bois d’aulne, par exemple, se prête idéalement aux projets de design modernes. Un mur intérieur recouvert de bois de récupération peut changer complètement une habitation. Et pour ne rien gâcher, la présence de bois dans une maison est très saine, car le bois agit comme un filtre.


Y a-t-il des projets dont vous êtes particulièrement fier ?

Il y en a beaucoup, à vrai dire. Mais je garde un souvenir particulier d’un de nos premiers grands projets. Il s’agissait d’intégrer du bois ancien dans une maison de vacances moderne dans le sud de la France. C’était dans une région magnifique, en plein milieu de la nature. Le propriétaire était tombé amoureux de nos produits et voulait du bois ancien pour les murs, les plafonds, les sols et même pour la baignoire. Nous avons tout réalisé sur mesure et travaillé là-bas pendant six semaines avec toute l’équipe. Il y avait des éléments très chouettes dans ce projet, notamment les vieilles poutres en chêne du salon qui avaient au moins 200 ans. Mais le clou de la maison, c’était la salle de bain : nous y avons installé une porte originale d’une ancienne grange. Ce projet nous a surtout fait découvrir les nombreuses possibilités de notre matériau.


Vous misez à 100 % sur la durabilité. C’est la raison de votre choix de la certification PEFC ?

Je trouve extrêmement important de vendre du bois certifié PEFC. La gestion forestière durable s’inscrit entièrement dans la vision de notre entreprise. Et cela nous permet de nous démarquer de la concurrence. Nous sommes d’ailleurs passés à côté de nombreux projets parce que nous n’avions pas notre certificat PEFC, la fameuse chaîne de traçabilité. Pour les projets publics, on ne demande plus que du bois labellisé, et sans certification nous ne pouvions pas satisfaire à cette exigence. Aujourd’hui, nous proposons des produits recyclés à 100 % et certifiés PEFC. Nous pouvons ainsi prouver à nos clients que nous contribuons à la préservation de nos forêts, ce qui est très important.


L’obtention du certificat PEFC a-t-elle été fastidieuse pour votre entreprise ?

Pas trop, finalement. Nous avons été très bien accompagnés par PEFC et par le manager de groupe. Je ne peux dire que du bien d’eux. J’ai immédiatement senti que la vision de PEFC correspondait à notre entreprise, donc je n’ai pas hésité un seul instant à me lancer dans cette initiative.


Quels sont les projets d’avenir ?

Nous allons ouvrir un showroom en Belgique cette année, pour que les clients puissent vraiment sentir nos produits. Nous allons ainsi nous étendre sur le marché. Jusqu’à présent, nous avons été principalement actifs sur le marché professionnel, mais désormais, nous voulons également toucher les particuliers. Un autre objectif est de miser encore plus sur les services de conseil technique.

 

www.boisantique.eu

 

 Bois & Habitat
Du 23 au 26 mars, le salon Bois & Habitat, entièrement consacré à la construction et à l’aménagement en bois, vous ouvre ses portes à Namur. Plus de 180 entreprises de premier plan y partageront leur passion du bois avec les visiteurs sous un même toit. PEFC Belgium, le label de gestion forestière durable, organise comme chaque année le grand concours pour les visiteurs. Pour ce concours, l’ASBL a conclu un partenariat avec l’entreprise Bois Antique, certifiée PEFC. En répondant correctement à quelques questions sur PEFC, vous aurez une chance de remporter une splendide table en chêne ancien (d’une valeur de 2 855 euros) ou une table basse réalisée à partir d’anciennes traverses de chemin de fer en chêne (d’une valeur de 1 930 euros). Participez au concours sur place (stand 2015-2017) ou en remplissant le formulaire de participation sur notre site internet.

 

 

(Mieke Vercruijsse / photo (c) Bois Antique)