PEFC Belgium

skflag Belgique | PEFC International | Contact | Extranet 

Comment certifier ma forêt ?

banner boseigenaar hoecertifiren

Certifier votre forêt est une opération simple et rapide, car PEFC répond parfaitement aux caractéristiques spécifiques des forêts européennes : des forêts familiales de petite taille (en moyenne 2,8 ha par propriétaire en Europe occidentale).

Actuellement en Wallonie, 97% des surfaces forestières publiques et  12% des surfaces forestières privées sont certifiées PEFC! En Belgique, seules les forêts de la Région wallonne peuvent être certifiées PEFC à ce jour. Il est cependant probable que la Flandre ne tardera pas à suivre.

Un propriétaire forestier (privé ou public) qui souhaite certifier sa forêt en Wallonie selon les principes de PEFC signe une charte et en respecte les engagements.

Les principes repris dans la charte ont été décidés en consensus avec tous les acteurs concernés par la forêt. Ils tiennent compte des aspects économiques, écologiques et sociaux de la gestion forestière et déterminent les grandes lignes de la certification régionale.

En Wallonie, la Région Wallonne a opté pour la certification forestière PEFC par un certificat de groupe. Chaque propriétaire désirant faire certifier sa forêt peut s’affilier. Les propriétaires forestiers publics peuvent contacter le Département de la Nature et Forêts (DNF) pour des renseignements concernant la certification PEFC. Les propriétaires forestiers privés prendront contact avec la Société Royale Forestière de Belgique. Le DNF et la SRFB effectuent les audits respectivement dans les forêts publiques et dans les forêts privées.

La charte actuelle, valable jusqu’au 31 décembre 2018, a été conçue autour des points suivants :

  • le respect de la législation,
  • une information et une formation à la gestion durable,
  • la rédaction d'un document simple de gestion,
  • le maintien d'un capital producteur grâce à une sylviculture appropriée,
  • le renouvellement et la diversification de la forêt avec des essences adaptées,
  • la limitation de l'usage de pesticides et d'amendements, la protection des zones humides et zones d'intérêts biologiques,
  • le maintien de bois mort et d'arbres d'intérêts biologiques,
  • une exploitation de qualité,
  • la recherche d'un équilibre forêt-gibier et le respect du rôle social de la forêt.